La retraite en danger, tous concernés !

170120 SES 3

La lutte des 37 salariés de SES pour une solution de reprise de leur entreprise qui préserve la totalité des emplois continue. Deux repreneurs sont désormais connus. Le Tribunal de commerce rendra sa décision le 29 janvier 2020.

Saint-Pal-de-Mons : un groupe de Côte d’Ivoire très intéressé pour reprendre SES [Le Progrès]

Plutôt que l’offre de Leygatech, une entreprise locale, c'est celle de plastica un groupe africain que les 37 salariés de SES soutiennent à l'unanimité. Ils devont encore attendre jusqu'au 29 janvier pour connaître le délibéré du tribunal du commerce du Puy-en-Velay. [...]
 

Cela fait cinq mois qu’on est sous pression. Qu’on ne sait pas de quoi demain sera fait. Notre avenir est entre les mains du tribunal de commerce du Puy ; même si les salariés ont fait leur choix : rester à Saint-Pal

Yohan Fialon, délégué syndical et représentant du personnel (CGT)

Edition en ligne du 17/01/20
Source intégrale de l'article (abonnés)

Stefany Emballages Services : on connaît les deux repreneurs, mais il faut patienter [Zoomdici]

Si l'on a craint "une fermeture brutale en septembre", l'optimisme semble de retour pour la quarantaine d'employés de l'entreprise SES à Saint-Pal-de-Mons. Le jugement a été mis en délibéré alors que l'un des repreneurs s'engage sur la sauvegarde de 21 emplois, l'autre sur la totalité.

Le tribunal de commerce a préféré se donner encore une quinzaine de jours avant de rendre son jugement, qui a été mis en délibéré au 29 janvier 2020.
Mais après deux passages devant la juridiction, un premier en septembre puis un second en décembre, la quarantaine de salariés commence à y voir plus clair quant aux identités des repeneurs. Il faut dire que le repreneur proposant la reprise de tous les emplois s'est positionné tardivement sur ce dossier.

Un repreneur de Côte d'Ivoire qui emploie environ 1 500 personnes

Le premier est Plastica, une société dont le siège est à Abidjan, en Côte d'Ivoire, et qui emploie environ 1 500 personnes. il s'agit d'un acteur important du secteur de l’industrie plasturgique en Côte d’Ivoire, qui opère dans le domaine de la production des films plastiques, des articles de ménage, des chaises et tables, des contenants plastiques, des sacs tissés réutilisables et bien d’autres produits. La marque fait partie des trois plus grosses entreprises de production de plastique en Côte d'Ivoire.
Pour cette entreprise africaine, qui n'est pour l'instant pas implanté en France, ce serait l'opportunité de peut être ouvrir une porte sur de nouveaux marchés.[...]

170120 SES 1

Le projet Plastica aurait la faveur du Ministère Public et des salariés

En s'appuyant sur trois critères (financier, social et la pérénnité du site), le Ministère Public pencherait plutôt en faveur de Plastica, selon Fabrice Souveton, de la CGT Textile Habillement Cuir Haute-Loire. La société ivoirienne répondrait à deux de ces critères, là où l'entreprise altligérienne ne répondrait qu'à un. En outre, les salariés auraient clairement affiché leur préférence, à l'instar des syndicats, ves le projet reprenant tous les emplois.
Il faudra maintenant attendre le jugement du tribunal de commerce, mis en délibéré au 29 janvier prochain, pour savoir laquelle des deux offres est retenue et combien d'emplois sont maintenus.

Maxime Pitavy
Edition en ligne du 18/01/2020
Source intégrale de l'article