La retraite en danger, tous concernés !

ceremonie des voeux hopital emile roux 4620614

Les salariés grévistes n'ont pas jeté leurs blouses mais la traditionnelle cérémonie des vœux du centre hospitalier Emile-Roux a été perturbée vendredi après-midi. Syndicats et Gilets jaunes sont rentrés en force pour se faire entendre.  

Hôpital Emile-Roux : la cérémonie des vœux interrompue par les syndicats et les Gilets jaunes [l'Eveil]

Entrés sur une marche funèbre, ils ont déposé un cercueil mais n'ont pas jeté les blouses comme cela s'était produit ailleurs.
Arrêt des suppressions de postes et des contrats, création de postes, titularisations, respect des accords sur le temps de travail, "arrêt des pressions", "gestion humaine des effectifs", "arrêt des assignations abusives et respect du droit de grève" : autant de  "voeux" avec en toile de fond le dégel du point d'indice, l'augmentation des salaires, le retrait du projet de réforme des retraites.

 Edition en ligne du 240120
Source intégrale de l'article

EMd86505a576d753c47a0f80e4f1bc263a 800 450JPG

Un cortège funéraire accompagne la cérémonie des vœux de l'hôpital du Puy [Zoomdici]

"L'année 2020 s'annonce à l'image de la précédentes : une année de luttes. de luttes avec un S", insiste Amandine Rabeyrin, secrétaire CGT santé du centre hospitalier Emile Roux. Après que le cortège funéraire ait déambulé sur le parking de l'hôpital, il est entré dans le self de l'établissement, où se tenait la cétrémonie protocolaire.
L'occasion pour la leader syndicale de prendre le micro et rappeler le malaise que traverse la profession depuis déjà de nombreux mois :

"le miracle de Noël n'a pas eu lieu. Nous sommes toujours épuisés par les économies qu'on nous impose, nous sommes en insécurité permanente, notre travail n'a plus de sens".

Edition en ligne du 25/01/20
Source intégrale de l'article

Le Puy-en-Velay: on vous explique pourquoi le personnel de santé est en grève [Le Progrès]

Cela fait plus de sept mois que la colère gronde au centre hospitalier Émile-Roux. Syndicats et personnels de l’établissement ne battent pas le pavé toutes les semaines en raison de l’obligation de continuité des soins. Mais ils réclament toujours des améliorations de leurs conditions de travail.

« On voudrait des créations de postes », déclare Amandine Rabeyrin, la secrétaire CGT au sein du centre hospitalier.« Malgré le mouvement social dans l’établissement, vingt nouveaux postes ont été supprimés : infirmières, aides-soignantes, agent de service… Ça impact directement les soins. » La CGT estime qu’il manque 200 équivalents temps plein.
« Actuellement, le personnel est rappelé sur ses jours de repos pour remplacer des collègues malades. Avant, l’hôpital nous rendait les jours, plus maintenant. On arrive à l’épuisement… »

Edition en ligne du 22/01/2020
Source intégrale de l'article