04022021 manif1

A l'appel de l'intersyndicale de Haute-Loire ,plus de 300 personnes ont défilé dans les rues du Puy-en-Velay jeudi 6 février 2021 pour exiger un véritable plan de sortie de crise au service des salariés et de la population pour répondre à l'urngence sociale, sanitaire et environnementale.

 

Le Puy-en-Velay : les syndicats déconfinent leurs revendications [Le Progrès]

A l’appel de l’intersyndicale CGT - CFTC - FSU et Solidaires, à laquelle s’étaient joints une poignée de militants de Force Ouvrière, environ 300 manifestants ont battu le pavé ponot jeudi matin, avec une volonté affichée de « déconfiner » un large éventail de revendications.

« L’argent public doit servir à sauver des emplois et les services publics bien utiles face à l’urgence sociale et dans le contexte sanitaire actuel. » Pierre Marsein, CGT

[...] Dans le cortège les « Michelin » étaient bien représentés, compte tenu de l’épée de Damoclès à la suite de l’annonce des suppressions d’emploi, ce qui irrite la CGT « face aux gros bénéfices que réalise cette entreprise ». [...]

Edition en ligne du 05/02/2021
Source intégrale de l'article

 04022021 manif2

Manifestation : plus de 300 personnes dans les rues du Puy [Zoomdici]

[...] « De l’argent public est distribué à outrance et sans contrepartie à des entreprises puissantes comme Michelin par exemple. Elles touchent des millions d’euros avec le CICE, les cotisations sociales et l’emploi de l’activité partielle. Elle continuent même encore à distribuer des dividendes. Et qu’est-ce qu’on annonce dans le même temps ? Des suppressions d’emplois dans ces mêmes entreprises ! »

Pierre Marsein conclue : « Nous nous dirigeons tout droit vers un hécatombe sociale et économique. Lorsque les aides publiques se tariront, ce sera alors une casse sociale sans précédent ». [...]

CIP43

Les revendications des intermittents de l’emploi :

« Depuis mars 2020, nous sommes réduits au silence, explique la comédienne Marie Aubert. Les salles de spectacles, les restaurants, les lieux de vie sociale se sont tues. Nous CIP 43, intermittents du spectacles, extra de hostelleries et de la restauration, saisonniers et vacataires, techniciens de l’événementiel, nous artistes, précaires, intermittents de l’emploi, nous demandons les mêmes règles sanitaires que les lieux de consommations et de cultes qui eux sont ouverts.
Nous demandons la prorogation des droits à l’assurance chômage aux annexes 8 et 10 pour les artistes et techniciens, au-delà du 31 août 2021, et pour une durée d’une an après la reprise du travail pour tous les secteurs.
Nous demandons l’abaissement du nombres d’heures nécessaires à l’ouverture des droits au chômage pour tous les primo-accédants.
Nous demandons la création d’une annexe de l’assurance chômage spécifique à tous les travailleurs concernés par la discontinuité de travail et ayant des employeurs multiples pour des les intermittents de l’emploi.

Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous ! »

« Depuis mars 2020, nous sommes réduits au silence, explique la comédienne Marie Aubert. Les salles de spectacles, les restaurants, les lieux de vie sociale se sont tues. Nous CIP 43, intermittents du spectacles, extra de hostelleries et de la restauration, saisonniers et vacataires, techniciens de l’événementiel, nous artistes, précaires, intermittents de l’emploi, nous demandons les mêmes règles sanitaires que les lieux de consommations et de cultes qui eux sont ouverts.
Nous demandons la prorogation des droits à l’assurance chômage aux annexes 8 et 10 pour les artistes et techniciens, au-delà du 31 août 2021, et pour une durée d’une an après la reprise du travail pour tous les secteurs.
Nous demandons l’abaissement du nombres d’heures nécessaires à l’ouverture des droits au chômage pour tous les primo-accédants.
Nous demandons la création d’une annexe de l’assurance chômage spécifique à tous les travailleurs concernés par la discontinuité de travail et ayant des employeurs multiples pour des les intermittents de l’emploi.

Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous ! »

« Depuis mars 2020, nous sommes réduits au silence, explique la comédienne Marie Aubert. Les salles de spectacles, les restaurants, les lieux de vie sociale se sont tues. Nous CIP 43, intermittents du spectacles, extra de hostelleries et de la restauration, saisonniers et vacataires, techniciens de l’événementiel, nous artistes, précaires, intermittents de l’emploi, nous demandons les mêmes règles sanitaires que les lieux de consommations et de cultes qui eux sont ouverts.
Nous demandons la prorogation des droits à l’assurance chômage aux annexes 8 et 10 pour les artistes et techniciens, au-delà du 31 août 2021, et pour une durée d’une an après la reprise du travail pour tous les secteurs.
Nous demandons l’abaissement du nombres d’heures nécessaires à l’ouverture des droits au chômage pour tous les primo-accédants.
Nous demandons la création d’une annexe de l’assurance chômage spécifique à tous les travailleurs concernés par la discontinuité de travail et ayant des employeurs multiples pour des les intermittents de l’emploi.

Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous ! »

« Depuis mars 2020, nous sommes réduits au silence, explique la comédienne Marie Aubert. Les salles de spectacles, les restaurants, les lieux de vie sociale se sont tues. Nous CIP 43, intermittents du spectacles, extra de hostelleries et de la restauration, saisonniers et vacataires, techniciens de l’événementiel, nous artistes, précaires, intermittents de l’emploi, nous demandons les mêmes règles sanitaires que les lieux de consommations et de cultes qui eux sont ouverts.
Nous demandons la prorogation des droits à l’assurance chômage aux annexes 8 et 10 pour les artistes et techniciens, au-delà du 31 août 2021, et pour une durée d’une an après la reprise du travail pour tous les secteurs.
Nous demandons l’abaissement du nombres d’heures nécessaires à l’ouverture des droits au chômage pour tous les primo-accédants.
Nous demandons la création d’une annexe de l’assurance chômage spécifique à tous les travailleurs concernés par la discontinuité de travail et ayant des employeurs multiples pour des les intermittents de l’emploi.

Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous ! »

Edition en ligne du 4 février 2021
Source intégrale de l'article