La retraite en danger, tous concernés !

greve finances publiques 4386137

Vendredi 22 juin 2019, à l’appel des syndicats FO, CGT et Solidaires, un mouvement de grève suivi à 80%, a rassemblé plus d’une centaine d’agents devant la direction départementale des finances publiques pour dénoncer la suppression de 15 trésoreries en Haute-Loire d'ici 2022.

La réorganisation des services des Finances publiques les révolte [Le Progrès]

Une centaine de personnes ont manifesté devant la direction départementale des finances publiques, vendredi matin, au Puy-en-Velay.

« Ça va devenir très difficile pour le public d’obtenir des rendez-vous et, à terme, l’accueil disparaîtra », prédit Georges Trescarte.

Source intégrale de l'article

Grève aux finances publiques [L'Eveil]

Haute-Loire : "c'est la fin des trésoreries" dénoncent les syndicats

Pour les syndicats : « le réseau est pulvérisé. La cartographie proposée est un trompe-l’œil qui ne répond pas aux attentes exprimées ces derniers mois par la population, notamment au regard du besoin des services publics de proximité », regrettent-ils. Car pour eux : « sous couvert de renforcer la présence des services de l’administration des finances, ce projet prévoit en réalité la suppression des 15 trésoreries du département à l’horizon 2022. Elles seraient remplacées par 5 “back-offices” à Yssingeaux, Monistrol, le Puy-en-Velay, Brioude et Langeac. Mais sans conserver les mêmes compétences. Le public ne sera plus reçu. Alors que nous sommes un département rural et que les gens, surtout les personnes âgées, préfèrent avoir un contact direct et pouvoir discuter. Les gens seront reçus uniquement sur rendez-vous et tout le monde sera dirigé sur internet », regrettent les syndicats qui demandent « le retrait pur et simple du projet de réorganisation

Source intégrale de l'article
Crédit photo : Eveil

Finances : vers "un service public low-cost" [Zoomdici]

Dénonçant la "suppression de 15 trésoreries de Haute-Loire d'ici 2022", soit "une centaine d'emplois", les syndicats FO, CGT et Solidaires ont lancé un appel à la grève bien suivi ce vendredi.

"ça va aussi impliquer une grande mobilité forcée des personnels" et l'intersyndicale de renchérir : "ça imposerait à la plupart des collègues des difficultés sociales et familiales insupportables".

Source intégrale de l'article