La retraite en danger, tous concernés !

030919 DefiMode

Une vingtaine d'entre eux se sont rendus au tribunal admnistratif de Clermont-Ferrand ce mardi pour contester l'homologation du PSE présenté en avril dernier par la direction du groupe. La Direccte avait validé ce plan, le tribunal doit statuer très prochainement.

Brioude : les salariés de Défi Mode contestent l'homologation du plan de sauvegarde de l'emploi - France Bleu

Les salariés de la chaîne de magasins Défi Mode ne lâchent rien. Une vingtaine d'entre eux se sont donnés donc rendez-vous au tribunal administratif de Clermont-Ferrand ce mardi matin pour contester l'homologation du plan de sauvegarde de l'emploi rédigé par la direction du groupe Dai.

Un PSE validé par la Direccte, contesté par les salariés.

En avril dernier ce PSE avait été validé par la Direccte, la Direction régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi, quelques jours seulement après la condamnation du groupe à injecter 1,8 million d'euros dans la trésorerie.

Pour Christel Delherme, ce PSE n'est pas acceptable : "les salariés ne sont partis qu'avec une indemnité légale et pas grand chose donc au final", commente l'ancienne déléguée CGT. [...]

Olivier Vidal, 03/09/19
Source intégrale de l'article

Le plan de sauvegarde de l'emploi de Défi Mode à Brioude a-t-il été homologué à tort par l'administration ? - La Montagne

Les ex-salariés de Défi Mode ne vont pas récupérer leur emploi. L'entreprise qui était basée à Brioude (Haute-Loire) a bien cessé son activité. Mais en contestant devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand le plan de sauvegarde de l'emploi, ils espèrent gagner une future bataille aux prud'hommes.

La présidente de la première chambre du tribunal administratif de Clermont-Ferrand, Catherine Courret, a annoncé, au bout de l'audience, que la décision serait très vite connue. Mais le temps qui presse n'est plus celui de la sauvegarde de l'emploi chez Défi Mode : 220 salariés ont perdu leur emploi avec la cessation de l'activité de l'entreprise de vente au détail d'articles de prêt-à-porter, avant l'été 2019.

Philippe Cros, 03/09/2019
Source intégrale de l'article