La retraite en danger, tous concernés !

DSC06715

Personne ne pourra gagner seul. Mettons à l’œuvre notre syndicalisme unitaire, revendicatif et de proposition pour préparer la prochaine journée de grève interprofessionnelle du 5 décembre 2019.

Notre système de protection sociale est le produit de luttes. Il a été bâti après la guerre, dans un pays ruiné. Depuis sa création, le patronat et les politiques libérales n’ont cessé de combattre la Sécurité Sociale prétextant qu’elle est trop coûteuse pour les entreprises. Pourtant elle a joué un rôle positif pour la cohésion. Reconnue comme un véritable amortisseur aux crises, elle a permis au pays de se développer.

La population en général et le salariat en particulier sont attachés à une société plus juste. Le gouvernement maintient sa politique de destruction de nos droits et de nos conquêtes sociales. Ces choix sont inefficaces en termes d’emplois, fragilisent le financement de notre protection sociale et aggravent les inégalités. Notre département en est malheureusement le parfait exemple. Alors que des millions d’euros d’argent public ont été distribués aux entreprises privées, en 1 an il y a eu des centaines de licenciements et des services publics supprimés.

La réforme des retraites voulue par le Président des riches et son gouvernement n’est pas un recul social de plus, c’est un bouleversement. C’est la fin de notre système universel et solidaire pour un système individuel. C’est appauvrir celles et ceux qui ont passé leur vie au travail, en plus d’empêcher les jeunes d’avoir un emploi. 72 % de la population refuse ce projet, qui aura pour conséquence un recul de l’âge de départ et une forte diminution du montant des pensions qui ne sera plus garanti.

Préparons la prochaine journée de grève interprofessionnelle du 5 décembre 2019. Rassemblons tous les salariés du public et du privé, jeunes et retraités, avec ou sans emploi pour les obliger à reculer. Soyons porteurs d’espoir. Les nombreuses mobilisations en cours, qu’elles soient citoyennes et/ou syndicales (manifestations pour le climat, grèves et mobilisations pour la défense des services publics ou des emplois…), témoignent qu’il est possible d’agir, il faut maintenant élargir.

Mettons à l’œuvre notre syndicalisme unitaire, revendicatif et de proposition pour transformer cette colère en victoires collectives. Nos justes revendications doivent être défendues partout : augmenter les salaires et les cotisations sociales afin d’améliorer les pensions pour revenir à une retraite à 60 ans à taux plein, sans que personne ne vive en dessous du SMIC. Personne n’y arrivera seul, tous unis pour gagner !

Amandine RABEYRIN
Editorial du journal de la CGT 43 - octobre 2019