La retraite en danger, tous concernés !


Il faut sauver le timbre rouge...

Lire l'article du syndicat CGT FAPT 43

 

 


France Télécom annonce la fermeture de la boutique Orange de la sous-préfecture pour la fin d'année 2012.

Idéalement située au centre du bourg, la Boutique Orange d’Yssingeaux ne désemplit pas. Près de 100 clients par jour et bien sûr, des files d’attente, en raison d’une insuffisance chronique d’effectifs.

Mais à l’heure où le téléphone portable et la connexion Internet sont des services indispensables de la vie quotidienne, la Boutique Orange est bien plus qu’une boutique, bien plus qu’un espace de vente, bien plus qu’une vitrine exposant les gadgets toujours plus performants des nouvelles technologies, c’est, excusez le gros mot : un service public.

Oui, un service public : celui de l’accès libre, égalitaire et permanent, au droit à la communication. La boutique Orange d’Yssingeaux offre à ses clients le contact, la proximité, l’accueil, le conseil, la vente, l’après-vente, le suivi, tout ce qui fait qu’une prestation est bien plus qu’une transaction commerciale. Bref, ce qu’on appelle un service public.

Seulement voilà : le chiffre d’affaires n’est pas à la hauteur des espérances d’Orange. Comment pourrait-il l’être ? Comme on dit en Auvergne, peut-on être à la fois à Saint-Flour et à Moulins ? En sous-effectif permanent, les agents de la Boutique Orange n’ont aucun moyen de se consacrer exclusivement à la vente et d’atteindre les objectifs démesurés que leur fixe France Télécom.

Cinq emplois sont en jeu. Cela paraît dérisoire lorsque des plans sociaux affichent des dizaines de milliers de suppressions de poste. Mais derrière ces emplois, il y a cinq personnes, cinq destins, cinq vies, cinq familles qui vont être chamboulées par des reclassements et des mobilités forcées. Et puis, chaque emploi compte dans un département comme le nôtre.

La Cgt Fapt 43 demande le maintien et le renforcement de la Boutique Orange d’Yssingeaux et appelle les habitants d’Yssingeaux à manifester publiquement leur opposition à ce projet.

Pascale Falcon

 

A l’heure où le patronat entend défaire un à un tous les acquis sociaux obtenus par la lutte, à l’heure où les médias relayent les discours patronaux et ultra-libéraux, notre syndicat propose, lui, d’aller dans le sens du progrès social !

C’est pourquoi, en cette période estivale, nous souhaitons évoquer un acquis qui semble évident aujourd’hui, mais qui a été obtenu difficilement : les CONGES PAYES.

Lire le tract...

 


Le 30 mai dernier, les déléguées CGT des associations d'aide à domicile ont été reçues au Conseil Général. A cette occasion, une conférence de presse était organisée pour alerter les pouvoirs publics et les élus sur la dégradation des conditions de travail et la précarisation de leur secteur d'activité : salaires non revalorisés, remboursement des frais kilométriques stagnant, baisse du nombre d'heures dans les contrats...

La cause de cette baisse de régime : le sous-financement du taux horaire du Conseil général et le désengagement des caisses de retraite.

La CGT réclame un engagement financier du Conseil Général de manière pérenne et un traitement des questions de dépendance au niveau national. Les questions de perte d'autonomie liées au vieillissement ou au handicap doivent être traitées en terme de service public. A l'occasion du débat du budget du Conseil Général, les élues CGT ont promis de revenir.

Le 20 juin, ce sont les élues CGT de l'ADMR qui étaient reçues par la fédération ADMR pour faire part de leurs revendications concernant les conditions de travail, les dispositions de la nouvelle convention collective que nous combattons, le respect des contrats de travail, les relations avec les bénévoles.

 

 

 
     

biltube


La plus ancienne entreprise française créée en 1625, encore en activité, la cartonnerie Biltube, située au Crouzet à St Didier en Velay, va fermer !

Cette entreprise, rachetée par un groupe indien il y a 4 ans, est aujourd’hui abandonnée par ses actionnaires.

Les 34 salariés ne sont plus payés et ont fait un recours en référé au Conseil de Prud’hommes où ils sont convoqués lundi 17 septembre. Ils seront reçus avant par le Préfet de Haute-Loire et se rassemblent à 13 heures devant la Préfecture.

 


STOP A LA VIE CHERE !

Les prix à la consommation en France ont progressé de 0,4 % en février et de 2,3 % sur un an.

Contre la vie chère et la hausse des prix des carburants, Indecosa CGT appelle les consommateurs et usagers à signer la pétition afin d'imposer d'autres solutions !

Télécharger la pétition