cgt43-rassemblement-cheynet-27 10 a

Aujourd’hui, 27 octobre 2014 a eu lieu un CE extraordinaire suite à l’entretien préalable concernant le licenciement de Véronique Serve. L’Union Départementale CGT et le syndicat THC ont appelé les militants à se mobiliser pour la soutenir.

La direction de Cheynet sacrifie l’emploi et attaque les élus CGT. Avec cette répression syndicale, elle veut faire taire tous ceux qui s’opposent aux licenciements. Ce sont tous les salariés qui sont concernés.

Nous étions plus de 150 camarades réunis devant l’usine pour dire halte à la répression.

Le résultat du vote au CE est : les 4 élus CGT ont voté contre le licenciement et les 2 élus FO se sont abstenus.

La CGT mettra tout en œuvre pour que notre camarade ne soit pas licenciée. Les militants CGT ne sont pas des voyous.

Quand ont touche à un militant CGT, on touche à toute la CGT.


  • Intervention d'Alain Eyraud pour l'UD CGT :

Pas touche aux salariés, pas touche aux militants !
La répression syndicale ça suffit !

La direction de Cheynet est totalement incompétente puisqu’elle fait des licenciements à répétition depuis des années et ce sont toujours les salariés qui en sont les victimes. C’est la direction qui a fait passer le nombre de salariés de l’entreprise de 650 à 200 aujourd’hui après les plans de licenciements.

Pour elle, et pour tous ceux qui la soutiennent, c’est normal, il vaut mieux sacrifier l’emploi et satisfaire les actionnaires. Ce qu’ils trouvent anormal, c’est la résistance des salariés et des syndicats qui les défendent. Ils veulent qu’on les laisse licencier en silence et appliquer librement la casse sociale, alors que le chômage augmente sans cesse. Ce n’est pas de plus de chômeurs dont nous avons besoin, mais plus d’emplois et des salaires pour faire vivre les gens de St Just Malmont.

Pour la CGT et pour nos militants, c’est le rôle, plus même le devoir, d’un syndicat de défendre l’emploi et les salariés. Les militants CGT ne sont pas des voyous, ils défendent l’outil de production et les emplois. Grâce à leur détermination nous avons pu éviter le pire et maintenir le site pour que St Just Malmont ne soit pas désert pour toute la population et une ville morte. Nous le savons bien un emploi industriel détruit induit trois autres emplois.


rassemblement-cheynet-photo-le-progres

Cheynet : ni licenciements, ni répression syndicale !

La direction de Cheynet sacrifie l'emploi et attaque les élus CGT. Par cette répression, elle veut faire taire ceux qui s'opposent aux licenciements, ce sont tous les salariés qui sont concernés.

Une élue CGT, dans l’exercice de son mandat, a été agressée physiquement par la DRH. C'est pourtant elle qui se trouve sous le coup d’une procédure de licenciement.

Après  la  vague de licenciements économiques, la direction veut se débarrasser d’un maximum d’élus CGT pour avoir les mains libres afin d’organiser l’entreprise comme bon lui semble, sans opposition.

On ne laissera pas faire !

TOUS ENSEMBLE LUNDI 27 OCTOBRE
à compter de 10h30
à ST JUST MALMONT DEVANT CHEYNET

CONTRE LES LICENCIEMENTS
POUR SOUTENIR LES ELUS CGT ET LES SALARIES

Document en téléchargement :
== Tract d'appel au 27/10/14


Les patrons de l’Est du département veulent s’attaquer au syndicat CGT pour affaiblir la résistance des salariés.
S’ils réussissent, c’est la porte ouverte à encore plus de répression syndicale.
Le maximum de militants syndicaux, de salariés, de familles, doivent participer à ce rassemblement de soutien.

Pas touche aux salariés, pas touche aux militants, la répression syndicale ça suffit !

Soyons nombreux ce jour-là !

Alain EYRAUD, secrétaire de l'UD CGT 43


cgt-43-manifestation-16-octobre-le-puy-mon43

Presse : Le Renouveau, 16/10/14
Expression CGT : Intervention d'Alain Eyraud

Ce jeudi 16 octobre ce sont entre 350 et 700 manifestants qui ont défilé dans les rues du Puy-en-Velay pour s'opposer au Pacte de responsabilité et au projet de loi sur la Sécurité sociale à l'appel des syndicats CGT, FSU et Solidaires.

« On tape de plus en plus sur les plus petits : les salariés et les retraités », lâchait Pierre Marsein, secrétaire général adjoint de l'UD CGT Haute-Loire en amont de la manifestation qui a eu lieu ce jeudi 16 octobre au Puy-en-Velay. "Contre l'austérité mais pour l'emploi et la sécurité sociale", tel était le leitmotiv des manifestants, entre 350 et 700, qui après être partis de la place Cadelade se sont réunis devant la préfecture de Haute-Loire.

Le refus des « politiques d'austérité »

Ce jeudi, n'a pas été choisi par hasard par les syndicats. C'est en effet aujourd'hui que le débat sur le Projet de loi de financement de la Sécurité sociale a commencé à l'Assemblée nationale. « Le budget que le gouvernement va présenter est inacceptable. Notre refus des politiques d'austérité et les attaques que subissent les salariés sur les 35 heures, le SMIC, la suppression des jours fériés, la mise en cause des seuils sociaux, le travail du dimanche, justifient pleinement cette mobilisation », déclare Alain Eyraud, secrétaire générale de l'UD CGT 43.

D'autres mouvements à venir

Pour les syndicats, cette mobilisation « ne doit pas rester sans lendemain, nous devons continuer le combat, pour imposer une autre répartition des richesses, afin de créer de l'emploi, garantir le financement de la sécurité sociale et relancer l'économie ».

Documents en téléchargement :
== Intervention d'Alain Eyraud
== Tract intersyndical 43 16 octobre
== Tract CGT 43 16 octobre

Communiqué du syndicat CGT, 16/10/14

Merci pour votre confiance

Dans le cadre des élections des représentants du personnel, les salariés d’Auchan ont très largement accordé leur confiance aux candidats présentés par la CGT.

cgt-43-auchan-brives-charensac-logoEn remportant 6 sièges sur 8 au comité d’établissement et 8 sièges sur 10 concernant les délégués du personnel, la CGT conforte sa première place, nettement devant la CFTC.

Ce résultat est le fruit du travail réalisé par les élus CGT au cours du mandat précédent. Il est également une responsabilité confiée aux nouveaux élus pour les 4 prochaines années.

Forts du soutien massif des salariés, les représentants CGT continueront à œuvrer pour la défense des droits et des revendications du personnel.

Indépendante et motivée, cette nouvelle équipe syndicale invite tous les salariés qui le souhaitent à rejoindre la CGT en se syndiquant.

Plus nombreux, nous serons plus forts pour conserver nos acquis et conquérir de nouveaux droits.

Document en téléchargement :
== Remerciements suite aux élections


cgt-43-huguette-julien-alain-eyraud-jean-pierre-rioufrait-conference-16-photo-christophe-bouyer
Le Progrès, 15/10/14
Expression
intersyndicale et du syndicat CGT Haute-Loire : tracts d'appel à la manifestation du 16 octobre 2014

Le Puy-en-Velay. La CGT, Solidaires et la FSU appellent à une mobilisation, jeudi matin dans les rues du centre-ville.

La date n’a pas été choisie au hasard. La journée de mobilisation lancée par la CGT, Solidaires et la FSU tombe alors que le projet de loi de financement de la Sécurité sociale est débattu cette semaine au Parlement. Cette opération nationale aura un écho en Haute-Loire.

« Il y a trop de cadeaux au patronat » Les syndicalistes

Entendant peser sur le choix des parlementaires, les trois syndicats ont décidé de mobiliser leurs troupes pour que ce budget « ne soit pas voté dans la forme que le gouvernement propose », indique Alain Eyraud, le secrétaire de l’union départementale CGT 43.

Un appel à la grève et aux débrayages est lancé pour jeudi, avec une manifestation au départ de la place Cadelade, au Puy-en-Velay, dès 10 h 30.

« Depuis de nombreux mois, on subit des attaques en règle avec le Pacte de responsabilité. On voit bien que le gouvernement n’a qu’un seul objectif, celui d’aller dans le sens du Medef alors qu’il existe d’autres solutions pour relancer l’économie et remettre la Sécu à flot », poursuit Alain Eyraud. Pour lui, « la sortie du tunnel passe par une augmentation des salaires et l’arrêt des suppressions d’emplois ».

Pour la FSU, Jean-Pierre Rioufrait fait les comptes. « Le déficit de la Sécu s’établit à plus de 11 milliards d’euros, alors que les cadeaux au patronat en termes d’exonérations de charges vont de 20 à 25 milliards d’euros. »

Responsable CGT au centre hospitalier Émile-Roux, Huguette Julien dénonce le plan de 3,2 milliards d’économies. « Dans l’hôpital public, il va donc y avoir des restructurations, ce qui signifie des suppressions de postes. Déjà, à Émile-Roux, il manque deux cents postes pour avoir un fonctionnement de travail normal. Les personnels, comme les patients, en subissent les conséquences. »

Cette mobilisation attendue jeudi sera-t-elle à la hauteur de ce qu’espèrent les trois syndicats ? « On l’espère. C’est vrai que les salariés sont abattus mais ils ne sont résignés. S’ils font le dos rond aujourd’hui, ça ne va durer ! Et puis, l’attaque contre la Sécurité sociale, ça concerne tout le monde », conclut Alain Eyraud.

Christophe Bouyer

Documents en téléchargement :
== Tract intersyndical 43 16 octobre
== Tract CGT 43 16 octobre


manifestation-cgt-43-devant-secu-cpam-caf-urssaf-venue-laurence-rossignol-le-puy


Le Renouveau, 10/10/14
Expression CGT 43 : tracts salariés et usagers, communiqué de presse

Ce vendredi 10 octobre, la secrétaire d'État à la famille, Laurence Rossignol était en visite en Haute-Loire pour inaugurer, entre autres l'espace "Côté Parents" de la CAF. La CGT organismes sociaux de Haute-Loire a profité de l'occasion pour l'interpeller et lui faire part de ses revendications.

La journée de la secrétaire d'État à la famille, Laurence Rossignol n'a pas été de tout repos. [...] ce vendredi 10 octobre, elle a rencontré les délégués CGT organismes sociaux. « Une entrevue qui n'était pas prévue mais qu'elle a acceptée », indique Sylvain Chabot, secrétaire CGT des organismes sociaux en Haute-Loire. Un rassemblement avait donc lieu devant les locaux de la Sécurité sociale au Puy-en-Velay « lors de notre pause de midi. Le but n'était pas de perturber les services ».

« Nous n'aurons plus les moyens de faire notre travail »

Si l'entretien s'est passé « de façon cordiale, elle a bien écouté nos revendications et nous a précisé qu'elle avait “conscience de la qualité du travail effectué à la Sécurité sociale” », indique Julien Huet délégué CGT PAJEmploi, les syndicalistes n'ont pas hésité à exposer à la secrétaire d'État leurs revendications et leurs inquiétudes sur la situation. « La dégradation de nos conditions de travail dure depuis trop longtemps », lâche Joëlle Limagne déléguée CGT CAF. « La législation est toujours plus complexe, ce qui est de plus en plus dur à gérer et nous sommes de moins en moins », poursuit-elle. De plus, « nous demandons l'augmentation de la valeur du point. Nous n'en avons pas eu depuis 5 ans », insiste Julien Huet. Et même si les délégués ne demandent pas forcément de nouvelles embauches, « il faut au minimum un maintien des effectifs actuels. Dans les 3 années à venir, 8 800 postes vont être supprimés. On aura plus les moyens de faire notre travail », déplorent-ils.
Et pour poursuivre le mouvement, la CGT appelle tous les travailleurs sociaux à manifester, jeudi 16 octobre.

EFFECTIFS. En Haute-Loire, 160 personnes travaillent à la CPAM, 40 à l'URSSAF, 120 à la PAJEmploi, 120 à la CAF.

Manuel Cladière

Documents en téléchargement :
== Communiqué de presse CGT
== Tract distribué aux salariés
== Tract distribué aux usagers