cgt-haute-loire-chsct-poste-tribunal-dec-14

La Montagne, 12/12/14

Le tribunal rendra sa décision le 15 janvier prochain à propos de la réorganisation de la plate-forme de distribution de courrier de Taulhac, pour laquelle les postiers demandent la suspension.

Dans le litige qui l'oppose à La Poste, le Comité d'hygiène et de sécurité (CHSCT) de la plate-forme de distribution du courrier de Taulhac, au Puy-en-Velay, demande la suspension de la réorganisation de la plate-forme, mise en 'uvre le 18 novembre dernier.

Cette réorganisation a entraîné la suppression de sept emplois (six facteurs et un agent courrier) sur une centaine d'emplois. Les tournées des facteurs sont passées de 80 à 74.

Une expertise a été commandée par le CHSCT. Elle a rendu ses conclusions en septembre. C'est principalement sur la lecture de ce rapport que les parties s'opposent. D'où l'audience, hier matin, au tribunal du Puy-en-Velay.

Pour Maître Bernard, d'un cabinet parisien, ce rapport pointe du doigt des « dangers imminents qui mettent en péril la santé des travailleurs ».

Il s'est attaché à prouver que la charge de travail des facteurs avait bien augmenté depuis la réorganisation de la plate-forme, et ainsi mettre en évidence la réalité de ces risques sur leur santé. Pour lui, « l'augmentation de la tache de travail est considérable suite à cette réorganisation et avec elle, les risques psychosociaux. On craint le pétage de plombs ou pire encore ! D'autant que quasiment la moitié des agents ont plus de 50 ans et sont d'autant plus sensibles à la pénibilité du travail ».

En face, Maître Truno, du barreau de Vichy et conseil de la Poste, jugeait en préambule la demande irrecevable, car « c'est aux organisations syndicales de saisir le tribunal et non au comité d'hygiène et de sécurité ». Néanmoins, il a rappelé le contexte économique que connaît La Poste : l'an dernier, elle a enregistré une baisse de 20 % du trafic du courrier et de 6 % de la distribution des colis. « Il faut adapter l'organisation à cette réalité » tonnait-il, arguant qu'informations et consultations du Comité d'hygiène et de sécurité comme des salariés s'étaient enchaînées depuis un an et demi.

Le juge des référés, Chantal Ferreira, a mis le jugement en délibéré. Il sera rendu le 15 janvier 2015.

faujour-coupe-budgetaire-hopital 

Presse : La Montagne, 3/12/14
Expressions CGT : communiqué de presse commun aux 5 hopitaux, tract Sainte-Marie Le Puy

La CGT de l'association hospitalière Sainte-Marie, recouvrant des établissements situés à Clermont au Puy-en-Velay, à Nice, Privas et Rodez, monte au créneau.

Le syndicat s'indigne des conditions de travail et d'accueil des patients dans des "locaux vétustes", à l'exception de Rodez et Clermont-Ferrand, neufs ou rénovés récemment. " Cela entraîne de l'absentéisme chez le personnel, de l'épuisement prrofessionnel, du stress", dénonce Roger Rives, délégué syndical central.

"Nos directions font des écononomies sur le dos des salariés en se servant des absences maladie non remplacées. Nous travaillons à flux tendu. La valeur du point d'indice n'a pas augmenté depuis décembre 2010 ! Et un gel salarial est de nouveau annoncé en 2015."La CGT s'offusque par ailleurs d'une augmentation de certains postes de hauts cadres administratifs, jugée "inuttile". Le syndciat demande le remplacement de toutes les absences, des bâtimentts et des services "décents": "Le patient doit être au coeur des préoccupations !"

Documents en téléchargement :

== La psychiatrie « low-cost » est un danger pour tous ! (communiqué)
== La santé n'est pas une marchandise ! (tract)

 
cgt-haute-loire-premier-syndicat-fonction-publique

Le Progrès, 10/12/14

Haute-Loire. Le syndicat a réalisé de très bons scores lors des élections des représentants du personnel dans la fonction publique.

Dans le département, la CGT reste la première organisation syndicale dans la fonction publique. Elle est largement majoritaire dans le secteur hospitalier, avec 67 % des suffrages, et dans la fonction publique territoriale avec 57 %.

« Nous nous félicitons que les agents, par milliers, encouragent et soutiennent l’orientation unitaire et combative de la CGT43 » souligne Pierre Marsein, le secrétaire départemental. Pour Maxime Peyroux, ce succès est le fruit « d’une proximité et d’une présence sur le terrain qui ne se trahit pas, ce qui forme au final un maillage gagnant ».

Du côté des revendications, la CGT fustige sans détour « un contexte d’attaques incessantes contre le service public (La Poste par exemple) ». Et d’ajouter « La CGT continuera à lutter pour mettre en avant un service public qui défend ses agents, utile et efficace pour les usagers ».

« On lutte aussi pour de meilleures conditions de travail, et contre la précarité dans les collectivités ». Sur un mode plus politique, Pierre Marsein annonce « la bagarre engagée contre les plans libéraux du gouvernement, comme la loi Macron, et plus largement la politique qui tue les pouvoirs publics ».

La CGT annonce même « des heures chaudes à venir », notamment face à la réforme territoriale « qui se met en place et qui touche les usagers ».

Concernant le milieu hospitalier, Huguette Julien s’avoue « inquiète face aux budgets annoncés en 2015, avec des réductions de postes à redouter ». Les difficultés concerneraient également la prise en charge des personnes âgées.

Gérard Adier


manifestation-cgt-commerce-vichy-lmt 

Communiqué du syndicat du commerce et des services Haute-Loire

A l’occasion de son 14ème congrès de Vichy, la fédération du commerce et des services CGT a réaffirmé son engagement pour la lutte contre le travail du dimanche.

De très nombreux camarades sont intervenus pour demander que la fédé fasse de cette thématique une priorité. Dans ce cadre, le syndicat départemental du commerce et des services CGT Haute-Loire, renouvelle également son opposition totale au travail dominical, mesure de régression sociale majeure.

En effet, le projet du ministre MACRON prévoit de porter de 5 à 12 le nombre de dimanche d’ouvertures autorisées de droit aux enseignes commerçantes. De plus ,dans les entreprises de moins de 20 salariés, il est prévu qu’il n’y aura aucune contrepartie pour ceux-ci.

Notre syndicat persiste dans son analyse et invite toutes les structures CGT  à partager nos revendications avec les salariés et à fortiori les adhérents et militants.
Le travail du dimanche est économiquement absurde et socialement injuste. En effet, le pouvoir d’achat des ménages n’est pas extensible au nombre de jours d’ouvertures  des commerces. De plus, ces ouvertures n’entraînent même pas une augmentation du chiffre d’affaire comme l’indiquent déjà des études économiques.

Le véritable objectif du patronat et du gouvernement est de détricoter le droit du travail afin de faire sauter le verrou majeur qu’est le repos du dimanche. En cela, le secteur du commerce constitue le laboratoire du MEDEF. Qui peut douter que la remise en cause de ce droit acquis de haute lutte, ne serait en suite étendue à toutes les activités économiques ? Nous sommes donc bien en présence d’un enjeu sociétal de premier ordre, que toute la CGT doit bien mesurer.

Notre syndicat réaffirme que seule l’augmentation des salaires, permettra une relance de la croissance. En ce sens, notre revendication d’un SMIC à 1700 euros reste plus que jamais d’actualité.


cgt-meilleur-atout-fonction-publique


Communiqué de presse de la CGT


Les agents et les salariés de la fonction publique ont participé par milliers aux scrutins des élections professionnelles. Le taux de participation en Haute-Loire, largement supérieur à la moyenne nationale, prouve leur attachement à la représentation des organisations syndicales dans les instances.

Sur le département, la CGT reste la première organisation syndicale dans la fonction publique. Elle est même très largement majoritaire dans la fonction publique territoriale avec 57 % des suffrages ou encore dans la fonction publique hospitalière avec près de 67% des votes pour la seule CGT.

Nous nous félicitons que les agents, par milliers, encouragent et soutiennent l’orientation unitaire et combative de la CGT43 et les en remercions.

Dans ce contexte d’attaques incessantes contre le service public, la CGT, comme elle l’a déjà fait par le passé, continuera à défendre un service public qui protège ses agents, utile et efficace pour les usagers.

Le 5 décembre 2014

 lejaby-theatre-a-plates-coutures-en-lutte

L'Eveil, 30/11/14

La compagnie Nosferatu a joué les premières représentations de "A plates coutures". Une pièce écrite par Carole Thibault qui s'est inspirée de la lutte des ouvrières Lejaby à Yssingeaux pour créer une pièce de théâtre de société sur les usines qui ferment et délocalisent. La mise en scène est signée Claudine Van Beneden. La prénombre et une petite voix fluette. Une voix qui devient douce en murmurant une enfance à la campagne.

Qui parle de princesse oubliée là, de petites filles sans grands rêves en somme. Une faible lumière rouge éclaire en contre-jour le corps d'une femme qui semble être en sous-vêtements. Un autre spot dessine le contour d'un autre corps féminin à côté. Quatre silhouettes de femmes dansent avec le cadencé des filles de cabaret.
La lumière s'éteint et laisse place à des vidéos qui sont projetées sur un mur. Ce sont des séquences filmées dans l'atelier de La Guide à Yssingeaux. La plupart des visages sont familiers. Une sirène retentit et voilà quatre ouvrières et quatre postes de travail. Les gestes deviennent mécaniques.

"A plates coutures" parle de quatre femmes : la forte, solide comme la roche est déléguée syndicale. Il y a aussi la fragile, la décomplexée, limite dévergondée et l'ouvrière rangée. Un patchwork de personnalités et de vies différentes qui traversent la même tourmente.

Avec ses moments de dépits, de colères mais aussi de purs délires, de joie comme dans la parodie de "Désenchantée" de Mylène Farmer. Le jeu change de registre et laisse l'intime pour aborder le collectif dès lors qu'un homme tout de rouge vêtu pose le pied sur les planches avec ses façons politiques de voir les choses. Dans son texte inspiré de collectes de paroles d'ouvrières, Carole Thibault, met en lumière les turbulences personnelles qui peuvent créer une lutte pour conserver un emploi. Dans sa mise en scène Claudine Van Beneden humanise les emplois qui partent en fumée en des trous béants.

Reportage de France 3 Auvergne, 30/11/14 :