greve-salaires-modulation-temps-travail-buffalo-grill-brives-charensac-cgt-haute-loire

Dans le cadre d’un mouvement national, une partie des salariés de Buffalo Grill Brives-Charensac étaient en grève dimanche 25 mai.

Avec le soutien de la CGT, ils portaient leurs revendications. Refusant la régression sociale, ils exprimaient ainsi leur opposition à la modulation de leur temps de travail. En effet, leur employeur souhaitait imposer des horaires à 26 h en semaines basses et 45h en semaines hautes.

Cette mesure injuste entraînerait une perte moyenne annuelle de 1000 euros.

De plus, les conséquences néfastes sur la vie professionnelle et familiale des salariés seraient majeures. Pour ces raisons, l’aide de toute la CGT est primordiale afin de mener une lutte gagnante.

Le syndicat du commerce et l’UD appellent tous les militants à apporter leur soutien à cette mobilisation courageuse.

Jean-Yves - CGT Commerce 43

congres-cgt-poste-fapt-2014

27/05/14 - hauteloireinfos.fr

Le congrès de la CGT du secteur de la Poste et des télécommunications a réuni jeudi 22 et vendredi 23 mai, une quarantaine de syndiqués au stade Marcel Paul de Brives Charensac. L'occasion de faire le point sur l'activité de l'entreprise au cours des deux années qui se sont écoulées, et les moments difficiles vécus par les salariés. On a évoqué les deux suicides enregistrés en 2013 en Haute-Loire, et la fermetures de bureaux ...

C'est jeudi et vendredi dernier que s'est tenu le congrès de la CGT de la Poste et des télécommunications. Lors de celui-ci, Pascale Falcon, secrétaire générale du syndicat CGT Fapt 43 depuis mars 2012, a fait le point sur les deux années écoulées qui ont été marquées par des coups très durs portés au monde du travail, tant sur le plan local que sur le plan national " Sur le plan local, deux suicides de postiers en 2013 en Haute-Loire sont venus rappeler que la course à la rentabilité accroissait de manière considérable et hélas irréparables, les risques psychosociaux particulièrement importants chez les deux opérateurs historiques du secteur : La Poste et France Télécom  ou plutôt La Poste SA et Orange ". Elle a ajouté que " La course effrénée à la réduction des coûts entraînait aussi  dans notre département la fermeture des points de contacts physique : fermeture de la Boutique Orange d’Yssingeaux, réduction des horaires d’ouverture des bureaux de Poste en 2013 et pour 2014 ", une trentaine de bureaux devraient faire l'objet d'une transformation en agence postale communale ou en relais-Poste.  "A chaque projet, la CGT a résisté pour sauvegarder l’emploi, le service public et l’économie de notre département,  en proposant  des projets alternatifs ou en intervenant auprès des élus et de la population ".

996-mon43

Le Renouveau/ Mon43 - 25/05/2014

Quatre employés de l'enseigne de restauration Buffalo Grill étaient en grève dimanche 25 mai à la mi-journée. La résonance locale d'un mouvement national destiné à dénoncer un projet de modulation du temps de travail.

Les salariés en grève de Buffalo Grill manifestaient leur mécontentement dimanche 25 mai sur le parking de l'enseigne de restauration située à Brives-Charensac, à proximité du rond-point de Corsac. Quatre employés, soutenus notamment par Pierre Marsein de l'Union départementale CGT, entendaient ainsi perturber le service de la mi-journée, tout de même assuré. « Il y a notamment des gens en période d'essai qui travaillent donc c'est compliqué pour eux de s'engager dans le mouvement, ce qui est tout à fait normal », précisait Malika Gzanay, déléguée du personnel.

Une perte de pouvoir d'achat ?

Le mécontentement des salariés de Buffalo Grill, dont plusieurs dizaines de restaurants étaient touchées par ce mouvement dimanche, porte sur le projet de modulation du temps de travail voulu par la direction de l'enseigne, assure les syndicalistes. Un projet « économiquement absurde et socialement injuste » selon la CGT de Haute-Loire, qui y voit le moyen d'éviter le recours aux heures supplémentaires, se traduisant par une perte de salaire évaluée à 300 euros par employé.

« Un métier difficile »

« Il faut dire halte à ce genre de projet », assurait Pierre Marsein, alors que Malika Gzanay mettait en avant la bonne entente qui règne au sein de l'équipe du restaurant brivois et l'organisation mise en place en interne pour pallier à d'éventuelle absence. Mais selon la CGT, le projet prévoit aussi de réduire au maximum le délai permettant de prévenir un salarié en cas de changement d'emploi du temps. « C'est déjà un métier assez difficile » constatait Malika Gzanay, qui craignait que la mise en place de la modulation du temps de travail ne vienne détériorer un peu plus la vie de famille.

Article/photo : Rémy Mousson

olaffub-480


Dans le cadre des NAO, les salariés du Buffalo Grill de Brives-Charensac refusent augmentation d’horaires et baisse de salaires.
Ils déclencheront un mouvement de grève dimanche 25 mai 2014.

Un rassemblement et une conférence de presse sont prévus à 13h devant le restaurant. Venez nombreuses et nombreux leur apporter votre soutien !

Non à la modulation du temps de travail chez Buffalo Grill !
Oui aux augmentations de salaires !

La modulation du temps de travail de 26 heures à 45 heures est économiquement absurde et socialement injuste.
En effet la direction veut nous imposer des horaires insupportables.
Ce projet de flexibilité sur les horaires va avoir des conséquences sur note vie de famille.
Le choix de nous faire travailler jusqu’à 45 heures en modulation c’est pour ne pas payer d’heures supplémentaires,

C’est une perte de salaire de 300 euros par employé.

C’est également une manière de ne pas créer d’emplois.
Nous n’avons jamais refusé les efforts demandés par la direction en compensation du manque d’effectif.
Dans notre métier nous subissons déjà une flexibilité en travaillant les samedis, dimanches et jours fériés.
Les salariés ont déjà fait beaucoup d’efforts pour satisfaire la direction.

Nous n’accepterons plus de flexibilité sur les horaires.
Stop au projet sur la modulation du temps de travail !
Face au chantage de la direction, les organisations syndicales ne signeront pas cet accord.


stage-monastier-2014-photo-groupe-cgt-haute-loire


Du 12 au 16 mai 2014, pour la sixième année consécutive, l’UD CGT 43 a réuni une partie de ses nouveaux adhérents et élus au Monastier-sur-Gazeille pour des formations collectives. Des cours d’économie anti-libérale et de règlementation du travail ont été dispensés à une centaine de stagiaires afin de les armer dans l’exercice de leur mandat syndical face à la virulence des attaques du patronat et du gouvernement. Les sessions reposaient sur 7 thématiques :
- 1er niveau
- Développement et syndicalisation
- Instances représentatives du personnel
- CHSCT
- Ecrit, oral : communiquer efficacement
- Formation formateurs
- Foramtion économique du CE

Antoine-Math-conference-pacte-responsabilite-stage-ud-cgt-43


Cette année, la commission exécutive avait choisi comme thème de réflexion en réunion plénière "le pacte de responsabilité" et convié Antoine Math, économiste et chercheur à l’IRES,  à donner une  conférence. Suivie d’un débat, elle a engendré des échanges nourris avec des militants résolus à défendre les droits des salariés et à en conquérir de nouveaux.

fichier-jointAntoine Math - A propos du «pacte de responsabilité»
Baisse des «charges» des entreprises et politique d’austérité
Institut de Recherches Economiques et Sociales - IRES

La Montagne, 16/05/2014

A l’appel de plusieurs organisations syndicales, les fonctionnaires sont descendus dans la rue, hier matin, au Puy-en-Velay, pour dénoncer la situation dans la fonction publique.

«Fonctionnaires sacrifiés », « République malmenée », « Pacte de responsabilité abrogé »… Les slogans ne manquaient pas au Puy-en-Velay, hier matin, pour dénoncer la situation dans la fonction publique. Des slogans mais pas de manifestants très nombreux.

Les organisations syndicales qui avaient appelé les fonctionnaires à faire grève admettaient elles-mêmes avoir rencontré quelques difficultés à mobiliser à l'occasion de cette journée d'action nationale.

Les manifestants parlaient de 10 % de grévistes dans l'Éducation nationale (premier degré).

Malgré une assez faible participation, les syndicats avaient quand même décidé d'emmener le cortège, parti comme d'habitude de la place Cadelade, jusqu'à la statue Lafayette pour revenir ensuite à la préfecture, où chaque organisation devait prendre la parole.

CGT, FSU, UNSA, CFDT, Solidaire, CFTC constituaient le gros des troupes, en tête du cortège, tandis que Force Ouvrière fermait la marche, quelques mètres derrière.

Tous étaient d'accord pour reconnaître que « depuis 2010, les salaires des fonctionnaires et des contractuels de la fonction publique sont au régime sec ».

Pour Roland Thonnat de FO : « Voilà cinq ans que notre point d'indice est bloqué. Cela a commencé sous le gouvernement Fillon, cela continue avec le gouvernement de gauche ».

Point d'indice bloqué

Selon Jean-Pierre Chambon de l'UNSA : « En clair, un fonctionnaire qui débute aujourd'hui est payé 15 % de moins que le même collègue lorsqu'il a commencé dix ans plus tôt ».

Les manifestants craignent de voir la situation bloquée jusqu'en 2017.

« C'est inadmissible, il faut bien voir que les fonctionnaires représentent le socle de notre société », explique Huguette Julien, représentante de la CGT santé.