07042022 spip

En février, un complément de traitement indiciaire de 183 euros était annoncé pour la filière socio-éducative. Il n'a toujours pas été octroyé aux personnels exerçant en SPIP qui réclament une reconnaissance de leur métier. Un rassemblement symbolique s'est tenu devant le palais de justice du Puy en Velay le 7 avril 2022 dans le cadre d'une journée d'action nationale.

edito Amandine mars2022

 

A la veille des élections présidentielles, renforçons le débat à partir de nos propositions porteuses de progrès social : augmentation des salaires, contre la retraite à 65 ans, de grands services publics, réindustrialisation… ensemble, construisons le monde de demain !

retraités1

A l'appel national de neuf organisations, les retraités manifestaient ce jeudi 24 mars 2022 partout en France. En Haute-Loire, où le taux de pauvreté des retraités atteint 14,2% avec une pension moyenne à 729 euros/mois, plus d'une centaine se sont rassemblés place du Breuil pour exiger l'augmentation de leur pouvoir d'achat, pour défendre le droit à la santé et l'accès aux services publics de proximité.

21032022 cgt michelin paix

Conséquences de la guerre en Ukraine, Michelin a fermé des sites en raison de diffcultés d'approvisionnement. En Haute-Loire, l'usine de Blavozy a baissé sa production et ce sont les ouvriers qui trinquent. Fort de ses 1,8 milliards d'euros de bénéfices, Michelin pourrait pourtant largement soutenir les salariés qui créent les richesses du groupe et qui subissent déjà l'inflation de plein fouet.

18032022 retraites

Réunis en congrès à Brives-Charensac, mercredi 16 mars 2022, les retraités de la CGT Haute-Loire ont dénoncé une perte conséquente du pouvoir d'achat pour les retraités. Ils continuent à défendre une Sécurité sociale à 100%, le droit à la santé et à l'autonomie, un meilleur accès aux services publics. Ils réclament un bulletin de pension papier pour connaître en détail ce qui est versé et prélevé aux retraités. Ils préparent une nouvelle mobilisation unitaire le jeudi 24 mars 2022. RDV à 11h devant la préfecture.

Copirel archives

Le licenciement injuste des 80 employés de l'usine Copirel de Langeac, fermée en 2019  - prétendument pour sauvegarder la compétitivité de l'entreprise - a été reconnu « sans cause réelle et sérieuse » et annulé. Cinquante-huit salariés qui avaient saisi le Conseil des Prud'Hommes seront imdemnisés au titre du préjudice subi, L'employeur conserve cependant la possibilité de faire appel ce qui retarderait la décsion finale. La CGT 43 qui, avec d'autres, s'est battue aux côtés des salariés, continuera à défendre la préservation de l’emploi et des outils de production sur l’ensemble du département.