cgt-43-huguette-julien-alain-eyraud-jean-pierre-rioufrait-conference-16-photo-christophe-bouyer
Le Progrès, 15/10/14
Expression
intersyndicale et du syndicat CGT Haute-Loire : tracts d'appel à la manifestation du 16 octobre 2014

Le Puy-en-Velay. La CGT, Solidaires et la FSU appellent à une mobilisation, jeudi matin dans les rues du centre-ville.

La date n’a pas été choisie au hasard. La journée de mobilisation lancée par la CGT, Solidaires et la FSU tombe alors que le projet de loi de financement de la Sécurité sociale est débattu cette semaine au Parlement. Cette opération nationale aura un écho en Haute-Loire.

« Il y a trop de cadeaux au patronat » Les syndicalistes

Entendant peser sur le choix des parlementaires, les trois syndicats ont décidé de mobiliser leurs troupes pour que ce budget « ne soit pas voté dans la forme que le gouvernement propose », indique Alain Eyraud, le secrétaire de l’union départementale CGT 43.

Un appel à la grève et aux débrayages est lancé pour jeudi, avec une manifestation au départ de la place Cadelade, au Puy-en-Velay, dès 10 h 30.

« Depuis de nombreux mois, on subit des attaques en règle avec le Pacte de responsabilité. On voit bien que le gouvernement n’a qu’un seul objectif, celui d’aller dans le sens du Medef alors qu’il existe d’autres solutions pour relancer l’économie et remettre la Sécu à flot », poursuit Alain Eyraud. Pour lui, « la sortie du tunnel passe par une augmentation des salaires et l’arrêt des suppressions d’emplois ».

Pour la FSU, Jean-Pierre Rioufrait fait les comptes. « Le déficit de la Sécu s’établit à plus de 11 milliards d’euros, alors que les cadeaux au patronat en termes d’exonérations de charges vont de 20 à 25 milliards d’euros. »

Responsable CGT au centre hospitalier Émile-Roux, Huguette Julien dénonce le plan de 3,2 milliards d’économies. « Dans l’hôpital public, il va donc y avoir des restructurations, ce qui signifie des suppressions de postes. Déjà, à Émile-Roux, il manque deux cents postes pour avoir un fonctionnement de travail normal. Les personnels, comme les patients, en subissent les conséquences. »

Cette mobilisation attendue jeudi sera-t-elle à la hauteur de ce qu’espèrent les trois syndicats ? « On l’espère. C’est vrai que les salariés sont abattus mais ils ne sont résignés. S’ils font le dos rond aujourd’hui, ça ne va durer ! Et puis, l’attaque contre la Sécurité sociale, ça concerne tout le monde », conclut Alain Eyraud.

Christophe Bouyer

Documents en téléchargement :
== Tract intersyndical 43 16 octobre
== Tract CGT 43 16 octobre


manifestation-cgt-43-devant-secu-cpam-caf-urssaf-venue-laurence-rossignol-le-puy


Le Renouveau, 10/10/14
Expression CGT 43 : tracts salariés et usagers, communiqué de presse

Ce vendredi 10 octobre, la secrétaire d'État à la famille, Laurence Rossignol était en visite en Haute-Loire pour inaugurer, entre autres l'espace "Côté Parents" de la CAF. La CGT organismes sociaux de Haute-Loire a profité de l'occasion pour l'interpeller et lui faire part de ses revendications.

La journée de la secrétaire d'État à la famille, Laurence Rossignol n'a pas été de tout repos. [...] ce vendredi 10 octobre, elle a rencontré les délégués CGT organismes sociaux. « Une entrevue qui n'était pas prévue mais qu'elle a acceptée », indique Sylvain Chabot, secrétaire CGT des organismes sociaux en Haute-Loire. Un rassemblement avait donc lieu devant les locaux de la Sécurité sociale au Puy-en-Velay « lors de notre pause de midi. Le but n'était pas de perturber les services ».

« Nous n'aurons plus les moyens de faire notre travail »

Si l'entretien s'est passé « de façon cordiale, elle a bien écouté nos revendications et nous a précisé qu'elle avait “conscience de la qualité du travail effectué à la Sécurité sociale” », indique Julien Huet délégué CGT PAJEmploi, les syndicalistes n'ont pas hésité à exposer à la secrétaire d'État leurs revendications et leurs inquiétudes sur la situation. « La dégradation de nos conditions de travail dure depuis trop longtemps », lâche Joëlle Limagne déléguée CGT CAF. « La législation est toujours plus complexe, ce qui est de plus en plus dur à gérer et nous sommes de moins en moins », poursuit-elle. De plus, « nous demandons l'augmentation de la valeur du point. Nous n'en avons pas eu depuis 5 ans », insiste Julien Huet. Et même si les délégués ne demandent pas forcément de nouvelles embauches, « il faut au minimum un maintien des effectifs actuels. Dans les 3 années à venir, 8 800 postes vont être supprimés. On aura plus les moyens de faire notre travail », déplorent-ils.
Et pour poursuivre le mouvement, la CGT appelle tous les travailleurs sociaux à manifester, jeudi 16 octobre.

EFFECTIFS. En Haute-Loire, 160 personnes travaillent à la CPAM, 40 à l'URSSAF, 120 à la PAJEmploi, 120 à la CAF.

Manuel Cladière

Documents en téléchargement :
== Communiqué de presse CGT
== Tract distribué aux salariés
== Tract distribué aux usagers


Appel du syndicat CGT des organismes sociaux Haute-Loire

Personnels méprisés, emplois supprimés, salaires bloqués. Stop ! Plus d'argent pour la sécu !

La secrétaire d'Etat à la famille, Laurence ROSSIGNOL, est en visite dans les locaux de la Sécurité Sociale du Puy-en-Velay vendredi 10 octobre 2014. Or, depuis de trop longues années, les salariés de la sécu subissent d'incessantes dégradations de leurs conditions de travail.

Cerise sur le gâteau, les nouvelles COG annoncent un véritable plan social envers le personnel avec pour objectif la suppression de 8800 postes d'ici 2017.

  • départs à la retraite non remplacés,
  • régionalisation et mutualisation,
  • pression sur le personnel
  • mesures disciplinaires...

affiche plus argent pour la secu-cgtEnfin, le projet de loi de la sécu prévoit la révision de la politique familiale avec notamment la réduction du congé parental et la diminution de la prime à la naissance.

La CGT appelle l'ensemble des salariés à se mobiliser, pour rejeter cette politique d'austérité qui supprime des emplois, bloque les salaires et détruit la Sécurité Sociale.
Nous serons présents pour porter nos revendications à Madame la Ministre.

OUI à l'augmentation de la valeur du point !
RETRAIT des COG et des CPG !
NON aux suppressions d'emplois !
OUI aux embauches en CDI !
NON aux attaques de la convention collective !
NON aux réductions de dépenses publiques !

Profitons de la venue de la Secrétaire d'Etat pour faire aboutir nos revendications.
La CGT vous invite à un rassemblement, le vendredi 10 octobre à 11h30, dans la cour de la sécu.

Et à partager le casse croûte de la fraternité...


Les attaques contre la famille nous concernent tous en tant que salariés et usagers de la Sécurité Sociale. C’est pourquoi l’UD CGT appelle toutes les structures à soutenir cette mobilisation.

 


cgt-43 salaries-sainte-marie-le-puy-en-velay

Tract du Syndicat CGT C.H. Ste Marie – Le Puy en Velay (Haute-Loire)

Alors que certains se complaisent dans des querelles de clochers, la CGT poursuit ses actions au profit de TOUS les salariés, toutes tendances et corporations confondues. L’heure n’est plus aux luttes partisanes, la CGT laisse cela à d’autres, la situation est trop grave.

Notre Direction n’arrivera pas à diviser médecins et soignants !

Suite aux actions de la CGT (courrier, presse, ….), nous avons rencontré l’ARS le 29/09/14, qui nous a confirmé que la dotation de Ste Marie était normale, pas plus ni moins que les autres établissements : 50 millions d’euros dont la seule Direction locale décide des choix à en faire.
La CGT a longuement exposé la situation préoccupante de notre hôpital, le manque de personnel sur le terrain (et non sur papier) récurrent, la dégradation de nos conditions de travail et les retombées sur la qualité d’accueil des patients.

L’ARS a demandé à la direction de se mettre en conformité par rapport à deux points précis :
•    la présence de 2 soignants la nuit : la CGT a insisté pour que cette mesure soit également appliquée dans TOUS les services, y compris en pédo-psychiatrie et TOUTES les nuits !
•    remplacement des absences.

De vieilles revendications de la CGT par ailleurs. La CGT reste persuadée que de ne pas remplacer les absences est une dérive et un cercle vicieux qui ne fait qu’aggraver la situation.

La CGT a rencontré la Direction locale le 30/09 pour réaffirmer ses revendications

1.    Le patient au cœur du dispositif : la CGT demande d’arrêter la dérive des tâches administratives qui incombent aux soignants au détriment du soin et donc du patient. Il ne manquerait plus que notre directrice demande un directeur adjoint en plus comme à l’hôpital de Nice !!!

16-oct-inter

Pour que les salariés soient enfin écoutés
Grève et débrayage le 16 octobre, pour dire stop à l’austérité !
Rassemblement et manifestation à 10h30
place Cadelade au Puy en Velay

Les patrons, en demandent toujours plus. Ils continuent : attaque sur les 35 heures, sur le smic, suppression de jours fériés…Il n’y a que ceux qui sont dans la rue qui sont entendus.

Aujourd’hui des grèves sont gagnantes pour les salariés, nous devons nous révolter contre l’austérité et le pacte de responsabilité !
Exigeons de l’argent pour les salaires et l’emploi, pas pour les actionnaires.

Chaque année, le patronat bénéficie de 220 milliards d’euros d’exonération de cotisations sociales et fiscales et n’est jamais rassasié. Cela n’a pas empêché le chômage et les licenciements d’augmenter.
Le Medef utilise encore et toujours la crise pour imposer une régression sociale généralisée et augmenter ses bénéfices. Le pacte de responsabilité poursuit la détérioration de nos vies et de notre Protection Sociale par :

  • 30 milliards d’euros de cadeaux au patronat en supprimant les cotisations de la branche famille, c’est une attaque contre la Sécu,
  • 50 milliards d’euros de restriction pour les Services Publics (hôpital, santé, école, territoire),
  • En 2013, 120 milliards sont allés dans les poches des actionnaires. Les dividendes ont explosé : + 30 % en un an.

Ce n’est pas acceptable !

Ce sont les salariés qu’il faut écouter, pas le Medef et les banquiers !

Documents en téléchargement :
== Tract intersyndical 43 16 octobre
== Tract CGT 43 16 octobre

UL-CGT-Brioude-Laurent-Batisson

La Montagne, 2/10/14

"On nous appelle en pompiers"

Laurent Batisson, secrétaire de l’union locale de la CGT, a profité de l’assemblée générale pour esquisser les forces et faiblesses d’une structure trop souvent sollicitée dans l’urgence.
"Avec  la crise qui frappe la majorité des entreprises du Brivadois, les salariés ont la tête dans le seau et tardent à réagir. C’est notre principal problème !  On nous appelle en pompiers pour éteindre le feu. C’est vraiment dommage, car on pourrait être beaucoup plus à l’aise et plus performant encore, si on gérait les difficultés en amont…",partage Laurent Batisson, secrétaire de l’Union locale de la CGT à Brioude.
Un rôle actif et revendicatif que l’homme de terrain de la structure locale assume sans sourciller. "On a eu des petits accrochages cette année, notamment  avec Pôle Emploi, l’EPHAD de Sainte Florine, la SNCF, Faure ou encore Chevalier… On a réussi à faire bouger les choses." Avant d’avertir : " On remarque de plus en plus que nos délégués sont malmenés… A partir du moment où ils revendiquent, ils deviennent subitement incompétents dans leur travail. C’est bizarre, non ? On ne laissera  pas faire ! "
A côté de cette gestion quotidienne, les élections des représentants de la CGT  dans la fonction publique et à la MSA devraient  occuper les esprits jusqu’à la fin de l’année. Deux rendez—vous capitaux pour le syndicat qui puise là l’essentiel de ses forces vives.

Carole Eon-Groslier